Rechercher

Comment suis je réellement ?

Parlons d'un phénomène que nous rencontrons souvent au cabinet: la dysmorphophobie.


Le terme dysmorphisme fait référence à la perception erronée dont une personne perçoit son physique. Le dysmorphisme désigne un trouble psychologique qui consiste à ne pas voir son corps tel qu'il est réellement. Par exemple, une personne souffrant de dysmorphisme se voit petite et maigre quand elle est volumineuse, ou massive et grosse quand elle est mince. Le dysmorphisme touche souvent les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire, tels que l'anorexie ou la boulimie, ou pratiquant le culturisme.


Le trouble de dysmorphie corporelle (dysmorphophobie) est une préoccupation concernant un défaut imaginaire de l'apparence physique. Si un défaut physique est apparent, la préoccupation est manifestement démesurée.


Avec la popularité croissante de technologies d'édition photo par le biais d'applications comme Snapchat et Facetune, « le niveau de “perfection” physique que l'on ne voyait auparavant que dans les magazines de célébrités ou de beauté est maintenant partout dans les médias sociaux. »

À mesure que ces images deviennent la norme, les perceptions de la beauté changent.


Ce qui peut avoir un impact sur l'estime de soi et contribuer à déclencher un trouble de dysmorphie corporelle (dysmorphophobie).


Le trouble de dysmorphie corporelle est une préoccupation excessive face à la perception d'un défaut de l'apparence, souvent caractérisée par le fait que les gens font beaucoup de choses, parfois néfastes pour la santé, pour cacher leurs imperfections.


Ils peuvent notamment consulter des dermatologues ou des chirurgiens plasticiens dans l'espoir de changer leur apparence.


Des recherches ont montré que 55 % des chirurgiens plasticiens déclarent voir des patients qui veulent améliorer leur apparence dans les selfies.


Un nouveau phénomène, que l'on pourrait appeler « dysmorphie Snapchat », est apparu,

: les patients souhaitent recourir à la chirurgie pour les aider à apparaître comme les versions filtrées d'eux-mêmes .


La chirurgie n'est pas la meilleure ligne de conduite dans ces cas, car elle risque de ne pas améliorer le trouble de dysmorphie sous-jacent et même de l'aggraver.


Un suivi psychologique est recommandé aux personnes souffrant de dysmorphophobie grave, pour celles qui vivent a travers les images filtrées de Snapchat ou Instagram, une petite remise au point est nécessaire pour avoir une juste vision de son corps, de son physique en général et de l'image que l'on renvoie.

Il faut arrêter de penser et s'inquiéter constamment des défauts ou des failles que l'on pense avoir, ou se comparer aux autres.

Nous vous aidons à vous sentir bien dans votre corps, à réaliser que vous êtes beaux, et à retrouver une vision correcte de votre physique.






Posts récents

Voir tout