Rechercher

Le flexitarisme : une approche modérée et raisonnée

La France est l'un des plus gros consommateurs de produits animaux au monde les premiers étant les americains. Ils représenent 25 à 30% de nos calories.

On a estimé que si toute la population mondiale consommait des produits animaux, notamment de la viande, au même niveau que les américains, il faudrait plusieurs planètes comme la Terre pour satisfaire ses besoins. Car nous ne disposerions pas assez de terres arables pour produire la nourriture du bétail.

Nul besoin d'avoir fait de longues études pour comprendre que l'on ne va pas pouvoir continuer longtemps à ce rythme.

Le flexitarisme est le régime intermédiaire entre le régime omnivore de type occidental riche en viande et le régime végétarien.

Ce régime consiste à consommer de la viande à l'occasion, de temps en temps, comme le week-end, lors d'évènements festifs, entre amis ou lors de repas de travail.


De fait, la viande, plutôt que d'être considérée comme aliment principal d'un repas cuisiné devient l'élément secondaire.


Le flexitarisme c'est redonner aux produits animaux leur juste place dans l'alimentation, à savoir celle d'un accompagnement des produits végétaux et non l'inverse comme c'est le cas aujourd'hui.

Nous avons tellement été habitués à consommer des produits animaux, on nous a tellement répété que ces derniers constituaient la base d'une bonne alimentation qu'on a beaucoup de mal à imaginer un repas sans viande. Il faudrait donc pouvoir reformater notre logiciel qui considère que " sans viande un repas n'est pas un repas" par un nouveau qui estime que "sans produits végétaux, un repas n'est pas un bon repas".

Si nous divisions par deux notre consommation de produit animal, cela nous permettrait de protéger à la fois notre santé, l'environnement et de respecter le bien -être animal.

Alors intégrons dans notre pensée que ce simple geste de manger moins de produit animal est vital pour notre santé, l'équilibre de notre planète et la biodiversité qu'elle abrite.

Il est interressant de constater que nos plus proches cousins, les chimpanzés, se nourrissent majoritairement de produits végétaux (fruits, feuilles et tiges principalement), les fruits représentant près des deux tiers du régime alimentaire et, plus rarement, des petits animaux.

Finalement, les chimpanzés sont peut-être naturellement flexitariens et cela de vrait nous interpeler.

Essayons de diviser notre consommation de produits animaux par deux au profit des céréales complètes, légumineuses et fruits à coque.


Il ne faudrait pas consommer plus de 330 Kcal d'origine animale par jour, en alternant sur la semaine, pour les viandes, viandes rouge et blanches, poisson gras et maigres et/ou fruits de mer.

Pour conclure, nous reprendrons les résultats des études épidémiologiques qualifiées de "prospectives" suivant des populations pendant plusieurs années.

Elles montrent que celles qui consomment le plus de produits végétaux peu transformés ont des risques significativement moindres de développer surpoids, obésité, diabète de type 2, maladies cardio vasculaires et certains cancers, notamment digestifs.



Posts récents

Voir tout